Viva Puglia – à la découverte des Pouilles !

Les Pouilles ? C’est quoi ? C’est où ?

Manque de notoriété de ce côté de la frontière, la région des Pouilles est souvent citée comme les « caraïbes européennes » et reconnue comme temple de la gastronomie italienne. Nichées dans le talon de la botte italienne, les Pouilles te proposent eaux turquoises, richesses gastronomiques et patrimoine architectural eXceptionnel. Alors prends ton bagage, on part découvrir les Pouilles !

De Brindisi à Leuca : le Salento

Vaste région à l’extrême pointe du talon italien, le Salento offre une variété de paysages ! Falaises et plages de galets au Nord, ce sont des km de plages de sable fin au sud. Entre les deux, des hectares d’oliviers, des petits villages et des fermes abandonnées.

Remise des clés de ma pedromobile, mon aventure « pouilloise » démarre à Lecce ! Avec ses nombreuses façades sculptées, la ville est souvent appelée la « Florence baroque ». Des dizaines d’églises et de palais, une cathédrale très richement décorée (plus belle à l’eXtérieur qu’à l’intérieur, mais c’est personnel), un amphithéâtre, il faut venir avant 9h pour éviter la foule.

Otranto t’accueille avec ses énormes murailles, son château et son port à l’eau turquoise. Charmantes petites ruelles médiévales, un peu à l’image d’un Mont Saint Michel. Une petite glace et ça repart !

Pour rejoindre Santa Maria di Leuca, au sud de l’Italie, je te conseille d’emprunter la route qui longe la côte. Superbe vue, des plages, des criques et des villages, tu t’arrêtes où tu veux ! Si la ville n’est pas très belle, car bétonnée et sans charme, tu y passes car tu es à l’eXtrémité du pays !

En longeant la côte jusqu’à Gallipoli, tu trouveras parmi les plus belles plages d’Europe ! Torre Mozza, Punta della Suina… De nombreuses plages surpeuplées, mais tu peux trouver une place au calme en cherchant bien. =) Le vieux Gallipoli, c’est une île reliée au continent par un pont. Le tour de l’île à pied est très sympa et les rues sinueuses rappellent un passé islamique comme Mdina à Malte par exemple. D’après les statistiques il pleut 3 jours / mois en juin dans cette région… à croire que j’ai la poisse 😀

Ostuni  la blanche, avant-dernière étape du Salento pour moi. Toutes les constructions sont blanchies à la chaux, ce qui lui donne un caractère unique. Le fait de monter jusqu’à la cathédrale te donne une impression de citadelle.

Souvent oubliée des touristes car réputée ville de passage entre trains, avions et ferrys, Brindisi vaut cependant vraiment le coup de s’y arrêter. Vieille ville très jolie, un centre ville piéton (rare !), une promenade du port agréable surtout pour profiter d’un dîner dans l’un des nombreux restaurants, petit marché local… il faut prendre le temps de s’y arrêter voire d’y dormir.

 

D’Alberobello à Bari, la vallée d’Itria

Impossible de passer dans les Pouilles sans t’arrêter dans la vallée d’Itria. Entre amandiers et oliviers, tu découvres ici la vallée des « trullis », des habitations coniques en superposition de pierres.

Alberobello tout d’abord, certainement la destination phare de la vallée. Un village de trullis qui surplombe la ville, entièrement classé au patrimoine mondial de l’Unesco. Y venir tôt, car une masse de touristes s’invite dans les ruelles d’Alberobello… par contre en face de la place centrale, une partie du village est encore épargnée des boutiques de souvenirs et autre attrapes-touriste. C’est idéal pour des photos sans personne ! Assez surprenant, des motifs à la chaux décors certaine trullis… des symboles de chance.

Au loin sur la route tu découvres déjà  la colline blanche de Locorotondo. Semblable à Ostuni (et bien moins connue), la ville est plus authentique et plus calme. Des vignes ceinturent la ville car ici on y produit un excellent vin blanc AOC.

Martina Franca a la chance d’être épargnée par les hordes de touristes. Ruelles calmes, palais, églises,… la spécialité ici sont les bocconottis, une sorte de madeleine fourrée à la crème pâtissière… mmmmm !

Sur la route je t’invite à te perdre sur les petits chemins à la découverte des trullis isolés dans les champs. De belles photos en perspective, loin de toute agitation =)

On pousse jusqu’à Bari, capitale des Pouilles. Le centre historique est très agréable car entièrement piéton ! Tombeau de Saint Nicolas, grandes places pour y déguster des tartines et des glaces, des mamies qui confectionnent des orecchiettes (ces pâtes traditionnelles des Pouilles) à l’ombre d’une rue, du linge qui sèche et qui sent bon. Ici c’est l’Italie ! C’est absolument à voir et si tu as le temps, restes-y 2 jours pour découvrir aussi  la ville moderne.

Matera, capitale européenne de la culture 2019

Un petit écart en traversant la frontière des Pouilles pour rejoindre Matera. Capitale de la Basilicate, région voisine, Matera est unique en son genre. Elle aussi classée au patrimoine mondial de l’Unesco, tu découvres ici les sassi, des maison troglodytes à flanc de ravin. La toiture de chaque habitation sert de fondation à la prochaine. C’est un vrai labyrinthe et on s’y perd facilement. Amateur de randonnée ? Plus de 170 églises à visiter dans les 30 km autour de la ville et une cathédrale impressionnante d’où tu as une vue splendide sur Matera. C’est un vrai coup de cœur et je n’ai pas eu l’occasion de tout voir… faudra y retourner !

Et pour cause, après La Valette à Malte, Matera prendra le relais de Capitale Européenne de la Culture 2019. Des œuvres d’art se disséminent déjà sur les places, et la ville toute entière se prépare à t’accueillir ! Une ébauche de programme ici.

 

Et la gastronomie dans tout ça ?

Il paraît que dans les Pouilles tu goûtes à la meilleure nourriture d’Italie… et ça vaut bien un paragraphe ! Huile d’olive locale, burrata, croissants à la crème pâtissière, glaces et sorbets, tomates séchées, orecchiettes et pastas aux fruits de mers, pizzas et salade en tout genre… l’eXplorateur gastronomique que je suis n’a pas su où donner de la tête (et de l’estomac) ! Le vin des Pouilles est réputé dans le monde entier, le limoncello coule à flots, le cafééé te boost pour la journée et le spritz t’attends pour l’apéritivo ! Bref ici tu ne meurs pas de faim, ni de soif !

J’ai répertorié ici toutes les adresses testées, avec mon commentaire et une photo ! (Oui j’aime ce nouveau système de map =D)

On dort où ?

Je ne déroge pas à la règle : chambre AirBnB chez l’habitant ! L’offre est large et il y en a pour tous les budgets.

Par contre si je peux t’en recommandé un, c’est d’aller dormir chez Alessandro. Ici c’est tout ce que tu attends d’un AirBnB chez l’habitant… en mieux ! Amoureux de sa Région, Alessandro partage ses adresses, ses spots, te prépare un petit-déjeuner à tomber (fruits frais, café italien, confitures maison…). Avec sa sœur Francesca ils se débrouillent très bien en français et en anglais, du coup la communication est très facile ! J’ai tellement adoré que j’y suis retourné pour une deuxième nuit : https://www.airbnb.fr/users/show/50912634

Si tu souhaites tenter l’aventure AirBnB et obtenir une remise sur ta première eXpérience, n’hésite pas à me contacter =)

Tips

  • A Marina Serra, tu trouveras une piscine naturelle creusée dans la roche. C’est beau et très agréable de se baigner dans une eau plus chaude et transparente.
  • Dans les restaurants il faut choisir une garniture à part et tu paies un droit de couvert. A savoir pour comprendre l’adition et ne pas repartir le ventre à moitié vide 😉
  • Les meilleures adresses ne sont pas forcément en bord de plage. Ose reculer dans les petits villages !

J’ai aimé 

  • La nourriture est tellement bonne, c’est le paradis de la bouffe ici !
  • Locorotondo et Matera, mes 2 villes coup de cœur !
  • Bari, une ville qui a tout compris en fermant le centre historique à la circulation ! C’est tellement agréable =)
  • M’aventurer hors des entiers battus : un peu d’urbex dans une ferme en ruine, découverte de trullis au cœur d’oliveraies, les Pouilles autrement c’est très facile !

J’ai moins aimé

  • Les Pouilles c’est sale et ce n’est pas une rumeur ! On ne compte pas le nombre de sacs poubelles sur les bords des routes, c’est une catastrophe écologique et tous les matins les autorités sont obligées de nettoyer les plages. Dommage pour les « caraïbes européennes » !
  • Ce sont pour l’instant les pires routes que je connaisse au monde ! Nids de poules, trous, absence d’asphalte sur certaines portions… l’Italie du Sud est à l’abandon.
  • J’ai détesté m’aventurer en ville en voiture, c’est l’anarchie ! De quoi te gâcher des vacances ! Du coup on évite les villes et on découvre des villages sympas.
  • L’Italien parle…italien ! Très peu de menus traduits en anglais, très peu d’efforts d’ouverture, c’est dommage.

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *