La voie verte « Portes Bonheur, le chemin des carrières » à vélo

Le bonheur voyage toujours à vélo. Ça pourrait être la devise de nouveau parcours Slow Life entre Rosheim et Saint-Nabor. Avec le Mont Sainte-Odile comme compagnon de route, la voie verte se trace entre vignes et œuvres d’art. Suis-moi, je t’emmène franchir les Portes Bonheur.

Avant de partir…

…Il faudra bien te couvrir 😀 Pour commencer, il te faut un vélo ! L’Office de Tourisme de Rosheim loue des vélos à assistance électrique (VAE). Pas de polémique sur le VAE stp, chacun fait ce qu’il veut :p (d’ailleurs rien ne t’empêche de courir, danser ou marcher sur la piste) A 15€ la demie journée + caution, tu peux réserver ta monture directement sur leur site : http://www.mso-tourisme.com/fr/ La prise en main est très facile et les vélos sont de très bonne qualité. Me voilà donc équipé !

Le parcours

Le chemin a été pensé par l’architecte norvégien Reiulf Ramstad. Tout au long du parcours tu croiseras des œuvres d’art en fer, jusqu’à arriver à un belvédère tout en courbes, sur le site des anciennes carrières.

> Petite histoire : La voie verte, ou chemin des carrières, longe le tracé de l’ancienne voie de chemin de fer. Cette ancienne ligne permettait d’acheminer les extractions de Saint-Nabor vers la plaine.

Reprenant le tracé de la voie de chemin de fer, de nombreux clins d’œil et vestiges embellissent le sentier. En commençant par les rails qui sont intégrés sur certaines portions du parcours. La couleur rouille des œuvres n’est pas sans rappeler celle des rails, et du ballast ferroviaire est utilisé dans l’aménagement des espaces. Si tu es observat(rice)eur  tu peux croiser d’anciens panneaux de signalisation du train.

Attention au départ

C’est parti pour 11km sous les yeuX de Sainte-Odile.

Le parcours démarre à Rosheim, passe par la roseraie (tu sens tous ces parfums ?) et monte jusqu’à Boersch. 5 minutes d’arrêt ! La route sinueuse se faufile à travers vignes, vergers, sous-bois et zones humides. Et au milieu du parcours, la voici la Porte ! On repend de la vitesse vers Ottrott, où des souvenirs sont remis en valeur juste avant d’arriver au terminus : le belvédère ! De là-haut tu auras une superbe vue sur la plaine d’Alsace.

Vraiment facile et abordable pour tous, le tracé est parsemé de mobilier épuré choisi par l’architecte norvégien. Ce sont des spots parfait pour s’offrir une pause. Mais as-tu fais attention à tous ces hôtels à insectes installés le long de la route ? Bravo !

Une panne ? Le parcours est équipé de plusieurs bornes de réparation ! Regonfler un pneu, revisser un boulon… pour s’offrir une évasion sans risquer de dérailler !

De retour à Rosheim profites-en donc pour aller découvrir la maison romane de 1154 et l’Église Saint-Pierre et Paul : des incontournables de la ville 😉

Bon plan : si tu souhaites emporter avec toi un pique-nique local, pense donc à passer par la boucherie familiale Muller à Rosheim. Tu y trouveras de bons produits locauX pour une pause gourmande bien méritée 🙂 #explorateurgastronomique

J’aime particulièrement l’idée d’associer éco-mobilité utile et art. La scénographie est très bien pensée, sans détruire le charme du parcours, avec une vraie place pour la faune et la flore. Une belle promenade entre hommage au passé, ode à la nature et coup de pédale vers l’avenir.

A toi de franchir les Portes Bonheur ! Retrouve mes autres eXplorations alsaciennes ici.

3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *