Have a break in Porto

Février 2018, après plus de 6 semaines de grisaille il est temps de prendre les choses en main et de partir pour un week-end au soleil. Après une brève recherche, les billets sont pris en 10 minutes : ce sera Porto ! Le Portugal est une destination à la mode depuis ces 2 – 3 dernières années et Myriam et moi n’y étions jamais.

Nous avons réservé une chambre via l’application AirBnB chez Monica (lien ici). Ayant testé les logements entiers et les chambres, nous préférons cette dernière option pour la convivialité de la rencontre avec l’hôte, qui a toujours des bons plans à nous donner. Son logement est situé rua dos Mártires da Libertade, au cœur d’un quartier en pleine transformation : une population de jeunes trentenaires, plein de nouveaux bars qui ouvrent, des boutiques vintages, on y boit des bières et du vin dans la rue… un quartier qui se « boboise » un peu quoi !

Vendredi soir :

Il est 20h30, aussi notre première aventure Portugaise sera gustative : le Solar Moinho de Vento (rua de Sá Noronha, 81). Petit restaurant étroit, demandez une table à l’étage. On y mange de super bons plats mijotés avec une carte de vin incroyable. Ambiance tamisée, cuisine généreuse, prix tout doux (8€ à 17€ pour le plat), on apprécie la gentillesse du service qui fait des efforts pour aligner quelques mots en anglais… et la carte est traduite en français ?

Musical à Londres, club de jazz à Hanoi, on adore prendre le pouls d’une ville à travers la musique. Ainsi, la soirée continuera donc au Hot Five Jazz & Blues club (Largo do Actor Dias 51). Lumière rouge, tables rondes comme au cabaret, non-fumeur au rdc et dans la brume à l’étage, on y déguste un gin tonic sur des airs de rock ce soir-là. Pour être sûr d’avoir une place il faut réserver !

Jour 1 : on visite ! Heureux propriétaires d’une « Porto Card » (cf bon à savoir ci-dessous), nous allons l’exploiter au maximum 😀

Après un petit-déjeuner chez Oporto Bakery (rua do Pinheiro 86), nous nous dirigeons vers le marché de Bolhão. Alors que l’enceinte et les façades tombent en ruine, à l’intérieur c’est une véritable fourmilière. Souvenirs, fruits et légumes, poissons, plantes… on y trouve tout ! On descend ensuite vers la gare centrale. Le hall est magnifique orné de céramiques qui retracent des événements clés du Portugal. Direction l’église Igreja eTorre dos Clérigos. Si l’entrée de l’église est gratuite, l’accès aux balcons et au clocher (le plus haut du Portugal) est payant ! Par contre la vue sur la ville, après un petit effort, est époustouflante.

A côté se trouve la librairie Lello, l’une des plus belle du monde, et c’est de cet endroit que se serait inspirée JK Rowling pour créer l’univers de Harry Potter. On achète les billets dans la boutique à l’angle avant refaire la queue pour accéder à la librairie. Si l’entrée est de 4€, ils seront déduits si t’y achètes un livre. C’est à voir ! Le double escalier en forme de 8 est d’une faction de maître. Pssst : le secret pour les moulures ? C’est du plâtre peint en trompe l’œil effet bois ? Avec toute l’attention portée sur l’intérieur, il ne faudrait pas partir sans contempler la façade extérieure, très joliment décoré de céramiques.

14h, c’est l’heure de grignoter quelques tapas.

Et pas n’importe lesquelles : des produits bios, de producteurs locaux proposé chez Mercearia das Flores (rua das Flores 110). L’accueil en français est très sympathique et les explications sur les origines des produits sont données sans hésitation. Merci le Routard pour l’adresse.

On se remet en route pour visiter l’église Sao Francisco. Pas de photos car interdites, mais allez-y ! Je n’ai jamais vu une église aussi « kitsch » ! 500 kg d’or nécessaires pour la décoration… je te laisse imaginer le résultat ? par contre les catacombes et le musée… passe ton chemin, ce n’est pas beau, pas intéressant et plutôt ennuyeux.

Juste à côté, le Palácio da Bolsa. Visite guidée obligatoire. Ouf la prochaine en français est dans 10 minutes ? #chance C’est une visite majeure de la ville de part la décoration de ses salons, la finesse de ses parquets en marqueterie et la hauteur de sa voûte.

On passe ensuite par la cathédrale Sé do Porto. La vue du parvis est magnifique, l’intérieur est « quelconque », peu de lumière car de style roman et ressemble plus à une forteresse qu’à une cathédrale.

L’heure du goûter approche… 17h on se rend au Majestic Café (Rua Santa Catarina 112), un café style art nouveau, et où JK Rowling aurait écrit son premier tome. Si le décor est chouette, le café filtre est hors de prix et le chocolat chaud à peine buvable. Mais on paie surtout pour partager un instant de vie de cet établissement… mais prenez un porto ?

18h, nous avons réservé des places pour un concert de Fado à la Casa da Guitarra (Av. Vimara Peres 72). Tarifs préférentiels avec la Porto Card. Dans mon souvenir le Fado était triste… et bien j’ai découvert une mélodie liée aux émotions : triste, joviale, timide, mélancolique… une heure dans cette folle journée qui nous a apaisée. Bravo à Ana Margarida et ses musiciens qui nous ont transporté au cœur du Portugal.

Enfin, on termine par un dîner dans un petit restaurant typique A Tasquinha (rua do Carmo 23) avec une ambiance…. portugaise ! Que des familles, des copains d’une équipe de foot, un couple autour d’un verre de vin… On y mange très bien, on parle le français, et comme toujours quand on s’éloigne de la Rivieira : petits prix ?

Jour 2 : Un dimanche qui démarre par un petit déjeuner au soleil est un bon dimanche !

On file vers Vila Nova de Gaia, en face de Porto, en empruntant le pont Luis 1er. Là-bas on visite obligatoirement une cave de Porto. Pour notre part c’était Calem. On y apprend par exemple que le porto n’est pas un vin cuit ! 😀  Puis on embarque pour une croisière en Batorama local, pour 50min à la découverte des 6 ponts qui enjambent la Douro.

On retourne ensuite dans le vieux Porto en arpentant les ruelles médiévales à la recherche de la photo idéale et à la rencontre du street-art. L’ensemble de la vieille ville est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Enfin, on se décide à emprunter l’un des vieux tramways de la belle époque, une bicoque en bois, qui nous emmène jusqu’à la mer. Impossible d’être aussi proche de l’océan sans s’y arrêter.

Si le retour en ville a été compliqué par un manque de régularité des bus, la recherche d’un restaurant ouvert (hors pizzeria et indien) un dimanche soir a été l’aventure du week-end ! 1H30 à sillonner la ville de haut en bas et de gauche à droite. Finalement, on pousse la porte d’une brasserie Galeria de Paris (rua da Galeria de Paris 67) et c’est la surprise ! Un pianiste tout droit sorti des années 60 derrière son piano à queue qui joue tout les standards (par cœur svp), un cabinet de curiosité géant avec des collections folles au mur (poupées, robots, balances, fers à repasser…), un brouhaha cosmopolite et, toutes les demi-heures, une trapéziste qui entre sur scène pour un tour d’acrobatie au cerceau… un moment hors du temps tout droit sorti d’un film. On y mange bien, on a surtout envie d’y boire du vin ou un cocktail et d’observer le déroulement de la soirée pour profiter de ce « film ». Une taxe artistique de 1€/personne est appliquée sur l’addition, mais c’est bien normal.

Jour 3 : Un dernier jour pour profiter de la chaleur du soleil.

Direction la Casa da Musica. Cette sculpture de béton et de verre de Rem Koolhaas est un véritable bijou. C’est une salle de concert ainsi que la résidence de l’orchestre national de Porto. Il n’y avait pas de visite guidée à notre arrivée (snif), mais si vous arrivez pour déjeuner, le restaurant du 7ème étage ouvre ses portes à 12h30.

C’est ensuite la déambulation jusqu’aux jardins du palais de cristal. Ce grand dôme, ancien lieu de culture (défilé, exposition, etc) actuellement en travaux, trône au milieu d’un ensemble de jardins magnifiques. Des paons sont en liberté, la vue est à couper le souffle, on a l’impression de dominer la Douro. Dommage que nous soyons passés en février : toutes les fleurs ne sont pas encore écloses, ça doit être un régal de parfums dès avril.

Après un retour par la vieille ville, nous nous dirigeons ensuite vers la rua de Santa Catarina, LA rue du shopping à Porto. On y déjeune pour 6€ dans un café, et on repart pour profiter pleinement de cette dernière journée portugaise. On embarque dans le bus 201 pour nous arrêter aux Jardins de la Fondation Serralves. Parc immense, des œuvres d’art y sont disséminées tout autour du musée d’art contemporain. On y recense plus de 4000 espèces de plantes. Le bâtiment qui abrite le musée a été conçu par Alvaro Siza, qui a obtenu le prix Pritzker en 1992. Il est également à l’origine de la faculté d’architecture qui domine la vallée… un bijou =)

18h, c’est l’heure de l’apéro dans un bar de « notre » quartier, conseillé par Monica, le Aduela Taberna (rua das Oliveiras 36). Tous les locaux s’y retrouvent pour partager tapas, bière, et sangria. C’est à la bonne franquette et on adore ça ! Ainsi, après avoir hésité pour notre dernier dîner (en vrai on est redescendu à la Rivieira, pour remonter à côté du bar, mais chut) nous sommes revenus à notre premier restaurant pour y goûter d’autres spécialités. Toujours trop bon ! La boucle est bouclée, prêts pour le départ.

J’ai adoré :

  • Toute la ville se visite à pieds ! Tout est à 15 min 😀
  • C’est parfait pour un dépaysement de quelques jours, s’évader (et prendre le soleil) à moindres frais.
  • C’est plein de couleurs, c’est médiéval, plein d’Histoire et bucolique.
  • Pastéis de nata, sardines, chorizo, tripes à la mode de Porto, spécialités à base de morue, la cuisine Portugaise est riche, simple et gourmande ! Ideal pour un eXplorateur gastronomique ? quelque chose me dit que les prochains brunchs insolites auront une inspiration portugaise…
  • C’est une ville très propre.

J’ai moins aimé :

  • Enormément de bâtiments abandonnés, vides. C’est l’effet crise de 2011, mais certaines ruelles font ville fantôme.
  • L’hyper centre n’est pas piéton, c’est dommage pour le tourisme.
  • C’est une ville endormie qui se réveille : plein de travaux en cours ! C’est positif, mais gênant parfois.

Bon à savoir :

  • Le parking à l’aéroport de Karlsruhe Baden-Baden, est facturé à 53€ pour 4 jours sur le parking le plus éloigné… si quelqu’un peut t’y emmener c’est toujours ça de gagné ?
  • Les distributeurs de tickets de métro ne proposent pas les pass transport « Andante Tour ». Ils sont à acheter à l’Office du Tourisme dans le hall d’arrivée de l’aéroport… si ça peut t’éviter un aller-retour (tu sens l’expérience ? ^^) c’est rentable car elle comprend métro, bus ET tramway.
  • La Porto Card s’achète dans les bureaux de change. Tu peux bénéficier de réductions sur les musées, les visites, et dans certains bars, restaurants… 15€ pour 3 jours, il faut déjà beaucoup visiter pour la rentabiliser… donc selon ta motivation ! Ne pas prendre la combinaison Porto Card visite + transport… car dans cette formule le tramway n’est PAS inclus. Autant acheter un pass « Porto Card visite » + une carte « Andante Tour » pour le transport.
  • En termes de tarif, les restaurants sont moins chers qu’en France. On peut y manger pour 30€ à 2 vin compris, petit déjeuner complet (café, viennoiserie, jus d’orange pressé) pour 4€, bière à partir de 1,20€… et ça c’est le pied !
  • Tout ce que tu voudras visiter sera payant.
  • A partir de Vila Nova de Gaia il est possible de réserver un billet combiné visite de cave + croisière et c’est moins cher qu’en partant de Porto ! (et toujours un tarif préférentiel avec Porto Card… je t’ai dit, on rentabilise !)

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

0

2 commentaires

  1. simple, clair, pratique avec les bons plans qui vont bien pour donner envie de découvrir Porto ! Clair, précis et avec les bons plans qui vont bien pour donner envie d’aller à Porto :merci à vous !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *